Plan licenciement ALCATEL

Publié le par ummcentre-cfdt

logo-alcatel.JPG

 

Comme tout le monde, le jeudi 19 octobre, j'ai appris les décisions qu'avaient prises les dirigeants d'Alcatel-Lucent.

 

Ma première réaction a été d'interpeller Eric Petit, le délégué syndical CFDT sur le site d'Ormes, situé à proximité d'Orléans.

 

Et voila ce qu'il me répond :

Le seul commentaire que l’on pourrait faire : 

 Une catastrophe Humaine et industrielle !

 

Effectivement dans cette phrase, tout est dit.

 

C'est aussi le constat qui est fait sur la gestion catastrophique de ce qui était un fleuron de l'industrie.

 

Vous retrouverez les différentes interventions de Christophe CIVIT responsable CFDT sur la chaine BFM TV :

http://www.youtube.com/watch?v=T44AH5to5E4&feature=youtu.be

http://www.youtube.com/watch?v=smO8JfS5SOU&feature=youtu.be

 

Je joins un article des Echos :

ALCATEL FAIT PORTER L'ESSENTIEL DES SUPPRESSIONS D'EMPLOIS EN FRANCE 

 

Retrouvez également ci dessous,  le communiqué de presse  fait par la FGMM :

 

 


Fédération Générale des Mines et de la Métallurgie

Contact général : 01 56 41 50 72 – Fax 01 56 41 50 96

www.fgmm.cfdt.fr mines-metallurgie@fgmm.cfdt.fr

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

 

Suppressions d’emploi chez Alcatel Lucent : la FGMM-CFDT exige un soutien à la filière télécoms

 

La succession des plans de réduction d’effectifs sape la base industrielle française des équipementiers télécom et des sous-traitants. L’emploi comme première variable d’ajustement ne règlera rien, si des mesures de long terme ne s’engagent pas.

LA FGMM-CFDT interpelle les employeurs de la filière des télécoms pour que s’organise réellement une concurrence équitable.

La FGMM-CFDT exige de l’État qu’il prenne sérieusement en charge la dimension industrielle des télécoms, s’il veut parvenir à y créer un nouveau modèle économique.

 

L’emploi chez Alcatel-Lucent est lié à l’activité économique mondiale, mais dépend aussi directement des volumes d’investissement réalisés par les opérateurs télécoms nationaux. La situation économique d’Alcatel Lucent, comme de ses concurrents européens, n’est pas bonne et la baisse continue des investissements des opérateurs français détériore encore la situation.

 

Un nouveau plan mondial d’économie, complémentaire à ceux déjà engagés, vient d’être annoncé : il est particulièrement couteux en pertes d’emplois : au moins 5 490 suppressions d’emplois, dont 3 300 pour la zone Europe et Moyen Orient.

En France, la suppression de 1430 emplois, essentiellement dans les fonctions supports, affaiblira l’entreprise face aux exigences des marchés, et nous inquiète fortement sur les conditions de travail. La R&D et l’outil productif d’Alcatel Lucent doivent être impérativement sauvegardés. Pour se faire, Alcatel Lucent doit démontrer dès à présent sa capacité à organiser le rebond économique et industriel, notamment sur la 4G et le très haut débit. Un plan de plus qui n’est que financier, sans projet industriel, n’a aucune raison d’inverser la trajectoire actuelle.

Les salariés et l’emploi chez Alcatel Lucent n’en finissent pas de faire les frais de certaines erreurs stratégiques du groupe. Surtout, ils paient cher et depuis trop longtemps, l’absence d’une politique publique européenne de soutien au secteur des réseaux de télécoms.

À défaut de celle-ci, les pratiques des politiques d’achats des opérateurs télécoms font la part belle aux équipementiers low-cost, notamment chinois.

La FGMM-CFDT a déjà alerté le gouvernement français et les autorités européennes sur les risques économiques liés à une concurrence chinoise, qui n’a plus rien ni de libre, ni de non faussée, totalement « déséquilibrée ».

D’autres sphères économiques mondiales (les États unis, le Canada, l’Australie…) se préoccupent fortement de la maîtrise des réseaux télécoms, et en font un instrument de souveraineté. La Commission européenne songe à mieux se protéger, mais retarde ses initiatives. La crainte de représailles est une des raisons à cette frilosité. La FGMM-CFDT s’interroge néanmoins sur la réelle volonté des acteurs industriels de la filière (Alcatel Lucent, Ericsson, et Nokia Siemens network) de saisir l’OMC sur le dumping.

En France, un récent rapport du Sénat préconise des mesures sur la cybersécurité (sécurité des réseaux). Sera-t-il repris par les pouvoirs publics ?

 

La FGMM-CFDT appelle les pouvoirs publics et les acteurs économiques à une régulation globale de la filière qui prenne en compte les aspects techniques, économiques, sociaux et environnementaux. Un soutien à la filière dans son ensemble est nécessaire. Il s’agit de veiller à ce que tous les acteurs soient soumis aux mêmes règles et d’anticiper les impacts de chaque décision sur l’emploi.

 

La FGMM-CFDT appelle le groupe Alcatel Lucent à modifier sa gouvernance en intégrant le dialogue social comme un atout dans sa stratégie, ce qui implique anticipation, transparence et discussion en amont des annonces avec les représentants des salariés. Elle demande au gouvernement d’intervenir aussi en ce sens.   

Publié dans infos des SSE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article